La maternité de substitution - éthique

Nous vivons à l'époque des progrès techniques et scientifiques. Voilà déjà longtemps que les vaisseaux cosmiques parcourent l'Espace.  La connexion mobile, la télévision par satellite et l'Internet ont déjà pénétré complètement dans notre vie quotidienne. Il semble qu'il soit très difficile trouver quelque chose qui puisse surprendre un être humain d'aujourd'hui.  Mais, malgré tous les progrès la société, les thèmes qui ne cessent pas de  travailler les esprits des milllions des habitants de notre planète existent toujours. Un des thèmes ainsi est la GPA. Il est discuté par tout le monde: l'église, les hommes de politique. On essaie de trouver les choses amorales dans le moral et vice versa: les choses morales dans l'amoral. Très fréquemment, les femmes qui portent des enfants pour les couples stériles ainsi que les  époux qui n'ont pas enfants et qui font appel aux services de la substitution souffrent à cause de la critique négative très intense. Les mères porteuses se considèrent comme les femmes qui vendent leurs propres enfants. Les couples stériles sont accusés de commetre quelque chose d'amoral. On leur dit: “Si le Dieu ne te donne pas ton propre enfant, adopte un enfant d'autrui”.

Mais, comment ceux qui ont déjà essayé en vain maintes traitements médicaux peuvent-ils expliquer aux autres personnes, à ceux qui sont toujours contre, qui sont capables de concevoir leur propres enfants, quel énorme peut être le désir d'être parents en embrassant leur propre bébé.


La GPA - des premiers temps  au commencement de l'époque moderne

On croit que la GPA a apparu à l'époque des événement bibliques.  Les possibilités de la médicine de cette époque-là sont incomparables avec les grands progrès de l'époque moderne. À l'époque c'étaient les bonnes d'enfant ou bien les esclaves qui jouaient le rôle des mères porteuses. Comme la conception se réalisait par voie naturelle et la mère porteuse avait la rélation génétique avec l'enfant qu'elle portait, ce type de la GPA aujourd'hui s'appelle traditionelle (naturelle). Très souvent après la naissance de l'enfant la mère porteuse restait sa bonne.  

Milles d'années ont passé et la médicine a fait des progrès énormes. Voilà pourquoi, la maternité de substitution traditionelle a été substituite par la de gestation. Ce méthode sous-entend la prise du matériel génétique (cela veut dire des spermatozoïdes et des ovules) de parents futurs avec sa fusion postérieure dans une ambiance artificielle, et à la mère porteuse on lui introduit à l'aide d'un cathéter spécial très fin dans la cavité uterine des embryons déjà préparés. Ainsi, la mère porteuse est privé de la possibilité d'être la mère biologique de l'enfant né.

A cause des contradictions poitiques et religieuses, l'utilisation de la GPA est totalement interdite dans tels pays comme: Allemagne, Italie, France, Autriche, Suède et dans quelques états des États-Unis (Arizona, Michigan, New Jersey).

Dans un état australien Victoria et en Grande-Bretagne ce n'est que la GPA sans fins lucratifs qui est permise en forme des paiements pour les dépenses courantes de la mère porteuse pendant le période de la gestation de l'enfant et des couches.

La legislation du Danemark  a limité considerablement l'utilisation des services de la substitution. Au Canada, en Israël, aux Pays-Bas, dans les états américains New Hampshire et Virginia, la publicité, la promotion de la substitution ainsi que l'offre des services des mères porteuses et leur séléction sont totalement interdites.

En Belgique, Grèce, Espagne, Finlande, la GPA de facto peut avoir lieu, mais la procédure de la réalisation des programmes pareils n'est pas stipulé d'aucune manière par la législation.

Pour pouvoir être parents, les couples stériles sont disposés à traverser lems frontières et continents. Ni clergés, ni politiciens ne peuvent pas interdire à un homme ou à une femme être parents. Les enfants sont notre continuation, une partie intégrante de nous-mêmes. Et quand un enfant ressemble tant à ses parents, quand dans ses habitudes nous reconnaissons nous-mêmes, le fil invisible qui nous réunit avec nos enfants se fait beaucoup plus fort.